Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 17:12

A force de me promener sur la blogosphère, j'ai rapidement bavé devant les laines "faites maison" que certaines d'entre vous produisent.

L'étape la plus facile était pour moi la teinture à base de colorants alimentaires, très très fun, et que j'apprécie beaucoup.

Ensuite, j'ai eu envie de "plus". Envie de produire quelque chose directement d'une toison que j'aurais récoltée.

Un peu fou comme challenge, alors qu'il existe de si belles pelotes dans le commerce, et que la laine filée main n'aura jamais autant de régularité, même avec plusieurs années d'entraînement.

En fait, c'est surtout venu dans l' idée de retour vers le passé, de de repli , d'introspection, d'écono-écologie durable ... d'un autre mode de vie, nettement plus slow, quoi.

Je vous avais déjà montré la laine dont Yvon m'avait aimablement fait cadeau, ainsi que le résultat une fois lavé.

Ce jour, je vous présente mon rouet, racheté d'un Monsieur qui fut un authentique éleveur de moutons - fileur de sa propre production, mais qui a maintenant tout arrêté :

Filage : que la grande aventure commence !
Filage : que la grande aventure commence !

C'est un rouet parfaitement contemporain, qui doit avoir entre vingt et trente ans tout au plus. A part un bout de courroie, rien n'a dû être remplacé. Il tourne bien.

A titre technique, c'est un simple entraînement tension irlandaise (je pense), à savoir le plus courant des rouets basiques.

Il ne restait plus qu'à ....

Mais entre ce qu'on voit sur les blogs et les forums, et ce que j'ai tenté de faire, il y a un sérieux fossé, et c'est rien de le dire.

Je me suis rendue chez Godelieve Boulert, rencontrée ce début de printemps à Namur, lors d'un salon traitant de la récupération. Autodidacte, elle traite la toison de ses propres moutons, ainsi que des toisons qu'elle récupère à gauche et à droite, et les file avec pas mal d'allure, faut bien le reconnaître.

Et comme son crédo est de faire partager ses trucs et astuces, elle "donne cours" à ceux et celles que le sujet intéresse, et aide même aux réparations des rouets abîmés.

J'y suis allée mercredi dernier, pour une petite journée, qui selon elle, devait largement suffire à nous lancer. Hum ! J'étais sceptique et j'avais bien raison de l'être.

Je me suis entraînée, esquintée plusieurs heures d'affilée sans rien tirer de ma machine, pas même cinquante centimètres de fil, dépit total. Je vous laisse imaginer le regard foudroyant que j'ai lancé à Délicieux Mari, lorsque de retour à la maison, il a osé me demander "et où se trouve tout ce que tu as fabriqué ??" Mais je n'ai rien fabriqué, mon amour .. je n'y suis pas parvenue !!!!!!

En fait, c'est bien plus complexe que ce que font croire les merveilleuses vidéos de fileuses expertes sur youtube.

C'est un peu comparable à apprendre à conduire une voiture avec des vitesses, il faut parvenir à gérer plusieurs choses à la fois en dégageant son esprit des choses inutiles en temps voulu. Pas gagné ...

En pratique, vous devez savoir que la pédale actionne un bras, lequel fait tourner une roue, laquelle au moyen d'une courroie, entraîne une bobine et un épinglier. Ce dernier élément sert à "tordre" votre fil.

Vous devez d'abord apprendre à lancer la roue et à toujours la faire tourner dans le même sens (peu importe lequel, on s'en fiche), car à chaque interruption de votre travail, par exemple pour réalimenter le fil en cours par une nouvelle mèche de laine, il vous faudra (du moins au début) arrêter le rouet, préparer votre matière et relancer le tout DANS LE MEME SENS.

Oooh, à vide, pas de problème, ça fonctionnait fort bien. C'est une fois qu'on amorce avec du fil puis de la laine que ça se corse. Il FAUT que l'épinglier tourne, or, au début, je n'y arrivais pas, et donc, aucun fil ne se formait. En fait, il faut surtout parvenir à ne plus regarder la bobine et l'épinglier qui tournent, pour se concentrer mentalement sur son coup de pédale, et préférer porter son regard sur les fibres de laine aspirées par le fil d'amorce, qui se transforment en un "fil" provenant de l'espèce de barbapapa mousseuse que vous avez sur les genoux, et dont vous êtes supposés extraire la quantité souhaitée pour alimenter le rouet avec régularité. Hum ...

J'avoue ici mon découragement, surtout lorsque Godelieve, très souriante, nous as assuré à toutes qu'il n'était plus nécessaire de revenir, car elle nous avait tout dit et tout montré, que le reste n'était qu'une question de patience et d'entrainement.

Comprenez ma détresse, moi qui ne suis pas une gourde avec mes mains, j'étais la seule à ne pas y être parvenue, des trois stagiaires accueillies ce jour-là ! Pfff

D'emblée, Délicieux Mari m'a demandé où il y avait lieu de jeter mes stocks de toison de mouton. Rires, sympa quand même, celui-là ! J'ai bondi "noooon ! pas touchhhhh!".

Penser que j'allais renoncer, c'était vraiment très mal me connaître, là.

Hier, me sentant bien disposée, j'ai posé le rouet dans la pelouse et me suis entraînée, et au bout d'une heure grand maximum, le miracle avait eu lieu, mon pied avait correctement "senti" le mouvement à donner à la pédale, et j'étais lancée.

Ce fut laborieux, il m'a fallu souvent arrêter, relancer la machine, réparer mon ouvrage cassé, réalimenter tout le bazard en laine .... mais à la fin de l'après-midi, j'avais exactement filé un écheveau de 39 grammes d'un fil horriblement irrégulier, variant par endroits entre la laine mèche et la laine "dentelle" à d'autres ....

C'est moche, je sais, mais j'en suis vraiment très fière.

Merci à toutes mes connaissances de ne pas s'être fichues de mon projet fou. Merci à la personne qui m'a transmis son rouet, à Yvon pour la précieuse toison de ses moutons, à Francine et Nadine, mes collègues de stage qui n'ont jamais cessé de m'encourager, et enfin à Godelieve pour ses précieux conseils.

Filage : que la grande aventure commence !
Filage : que la grande aventure commence ! Filage : que la grande aventure commence !

J'ai remis ça aujourd'hui, et - comme quoi, c'est bien exact que c'est en forgeant qu'on devient forgeron - le résultat est déjà un tout petit peu moins moche qu'hier, sourire.

J'ai compté, j'ai obtenu cette fois un echeveau d'environ 34 mètres, pesant exactement 46 grammes. Youpie !

Filage : que la grande aventure commence !
Filage : que la grande aventure commence !

pardon ? Qu'est-ce que je vais en faire ? Je ne sais pas encore vraiment, mais ce qui est certain, c'est que je ne laisserai pas mes premiers essais en écheveaux "souvenirs" dans un tiroir sous prétexte qu'ils semblent moches.

Suite au prochain épisode !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mouton en peluche 11/09/2013 15:45

C'est génial!

Ro 13/08/2013 09:46

Chapeau ! Je ne suis pas capable d'en dire autant ! Tu y arrives même plutôt bien je trouve !

MAMYROSE2 12/08/2013 18:02

BRAVO
Eh , quel courage de faire un article si long, chapeau
bizz
et bonne soirée

etlafeesatoile 07/08/2013 11:39

Bravo pour ta persévérance, ton "entêtement" même, tu peux être contente de ton résultat, que je trouve très joli, et bientôt tu seras une pro du filage en tous genres ! Je trouve cette idée géniale, et je t'encourage à continuer, je veux voir ce que tu vas en faire, même si c'est dans longtemps (le temps de filer, et faire grandir ton idée ;-) )
Bisous et bonne journée
Denise

Bidouillette/Tibilisfil 07/08/2013 11:16

Je sais, j'ai regardé pendant des heures, une personne qui filait, parlait, expliquait, et je me suis vite rendue compte, que ... comme toujours, c'est pas rien! QUand le geste est facile, on se dit, je vais y arriver. Pareil quand on me regarde faire de la frivolité, lol!
Allez, à force d'entêtement bien placé, tu y es arrivé!
Question suivante, à quand le pull... Ok je sors, mais mille bravos!

mamiebaloue 07/08/2013 08:40

bonjour tu en fait des choses tu touches vraiment a tout bonnes vacances bisous

anaey 06/08/2013 20:44

Bravo pour la patience dont tu as fait preuve pour un résultat très prometteur, je trouve. Perso, j'aime beaucoup des fils irréguliers (je sais, je suis bizarre), le rendu est toujours imprévisible et cela me plait énormément
Bonne continuation

feedautomne 06/08/2013 20:47

merci pour ton gentil commentaire, tous les encouragements sont bienvenus, j'avoue !

Cerise violette 06/08/2013 19:44

Tu connais le dicton "c'est en forgeant que l'on devient forgeron "? Tu es en plein dedans .
Et tu as déjà presque une pelote en deux ou trois misérables tentatives . Tu sais ce que tu vas en faire ? Un abat-jour .Souvenir de ton premier travail réussi en filage .
Allez , la suite .

feedautomne 06/08/2013 19:49

sourire, j'y avais pensé, c'était très à la mode dans les années 70, justement ces fameuses années "peace and love" très portées sur l'artisanat...

Emmanuelle 06/08/2013 19:09

Et bien c'est vraiment une grande aventure qui commence ! Je te souhaite de belles heures de filage pour réaliser ces écheveaux qui te tentent tant !
Bises

feedautomne 06/08/2013 19:23

je suis bien consciente qu'avant même de pouvoir commencer à tricoter quoi que ce soit, j'aurai besoin de vraiment beaucoup d'heures de filage ...

Casse-bonbec 06/08/2013 18:24

tu vois, tu progresses déjà !!!!

feedautomne 06/08/2013 18:28

Corinne, tu es vraiment trop bonne avec moi, rires.

Présentation

  • : Le blog de feedautomne
  • Le blog de feedautomne
  • : Porte ouverte sur mon coin perso, mes pensées et réalisations tant en aquarelle, tricot, crochet, couture, promenades, jardin, lecture, musique ....
  • Contact

BLOGS

les crochet-déco-jardin de Anne http://de-la-maison-au-jardin.over-blog.com/
les multiples créations d''Annie aux doigts d'or http://annie-au-pays-des-merveilles.over-blog.com/
les chroniques d'Emmanuelle http://mapetitepause.over-blog.com/

Les perles d'Evlin http://banette88.canalblog.com/

Les créations de Sonia, nouvelle grand-mère http://grandma.canalblog.com/

 

 

Recherche

Liens